Hello, j’espère que la semaine se termine bien. Après un premier billet sur les massages chinois, aujourd’hui on va parler d’amour et de séduction avec Alexandre Cormont, love coach, expert en séduction et auteur du livre Confessions d’un love coach.

Bonjour Alexandre, merci de m’accorder cette entrevue. Pour commencer, pourrais-tu revenir sur ton parcours et nous expliquer comment tu t’es formé au love coaching ?

Au départ, je voulais travailler dans les ressources humaines. J’ai donc fait un master en sciences humaines dans deux universités à Versailles et à Nice. Et c’est pendant ces études que j’ai créé mon premier blog sur la séduction. Ensuite, j’ai fait une formation en coaching et une autre en PNL avec Paul Pyronnet. Globalement, je dirais que c’est plus le master qui m’a aidé puis les expériences de terrain.

Comment t’es venue l’envie de coacher les gens ?

Je bloguais. J’écrivais sur ma vision de l’amour, de la séduction en montrant que la séduction est au quotidien : quand on va voir son banquier, quand on négocie une augmentation de salaire. Car c’est dans ces moments-là qu’on peut jouer de son charisme, de son aura naturelle. J’écrivais là-dessus et puis des gens ont commencé à me contacter pour que je les aide à développer leur séduction et à trouver l’amour. J’ai donc décidé de proposer un accompagnement en plus du blog.

Quel est le profil de tes clients ?

Je ne sais pas si tu as remarqué lorsque tu es venue me voir en conférence mais c’est assez hétérogène. Cependant, je reconnais que je m’adresse principalement aux femmes car ce sont des personnes qui se remettent facilement en question. Contrairement aux hommes qui ont plus de fierté.

Ma cible principale c’est plutôt la femme active de 30-35 ans, qui a envie d’être heureuse. Soit elle est en couple et elle veut raviver la flamme. Soit elle est célibataire et elle veut être encore plus heureuse en trouvant quelqu’un. Mes clientes sont essentiellement des cadres qui ont du mal à être dans une dynamique de séduction.

Je vais maintenant  entrer un peu plus dans le vif du sujet. La question que j’aimerais te poser, c’est comment être soi-même lors de la rencontre amoureuse ?

C’est une problématique qui revient souvent dans mes coachings. Je dirais deux choses. Premièrement, pour séduire, il faut pouvoir exprimer sa personnalité sans les codes de la société. Par exemple, on évite le café comme premier rendez-vous, c’est trop banal.  On ne peut pas exprimer notre personnalité lors de rencontres amoureuses trop codifiées.

Deuxièmement, je pense que c’est avec les expériences que l’on arrive à trouver sa propre voie de séduction. Je suis partisan de tenter des choses et de les analyser, d’y aller « à la cool ». On se met ainsi moins de pression. On se dit « Je teste, je vois ». Et c’est quand on se dit, « je teste, je vois » que l’on est performant car on n’attend rien en retour.

Ok, je vois. L’idée c’est d’être dans le lâcher prise. Dis-moi, quelles sont les thématiques qui reviennent le plus souvent dans tes séances de coaching ?

Il y a pas mal de personnes qui me suivent pour la rupture amoureuse puisque j’en ai fait mon fer de lance. En général les deux thèmes récurrents sont Je n’ai pas pris soin de ce que j’avais ou je suis dépendant affectif.  Pour illustrer la dépendance affective, je pourrais donner l’exemple des femmes qui rencontrent un homme et qui, au bout d’une semaine, ne vont plus au sport, ne voient plus leurs copines et s’installent chez lui ! Je pense que le problème de la dépendance affective est clairement lié au développement personnel et au bien-être personnel.

Si on suit ton raisonnement, est-ce que l’on pourrait dire que l’amour est un apprentissage ? Faut-il apprendre à aimer, à séduire ? Qu’en penses-tu ?

Apprendre à séduire, j’aurais tendance à dire non. Apprendre à être soi-même plutôt. Par contre, apprendre à aimer, oui. Car, avec le recul, je me suis aperçu que j’aimais beaucoup l’autre selon ma vision de l’amour. C’est pourquoi il est important de comprendre la vision de l’amour de notre partenaire. Certaines personnes ont besoin d’indépendance, d’autres de recevoir des cadeaux ou d’entendre tout le temps « je t’aime ». Donc apprendre à aimer c’est aussi savoir mettre ses propres perceptions de côté pour arriver à bien communiquer dans la langue de l’autre. Car lorsque l’on comprend l’autre, on arrive à s’adapter.

J’ai beaucoup aimé ton livre « Confessions d’un Love Coach », et notamment cette phrase : « En amour, il est nécessaire de ne pas donner mais de faire rêver la personne »

N’importe qui peut donner. Par contre, tout le monde ne peut pas être nous-même. Prenons un exemple. Une femme est en couple, son compagnon décide de se séparer. Elle continue d’avoir des relations sexuelles avec lui, elle continue de lui dire qu’elle aime et de lui montrer son amour. En agissant ainsi, cette femme a peu de chances de récupérer son conjoint. Car en mettant l’autre sur un piédestal, elle oublie sa propre valeur et ses projets.

Ton coaching m’a fait penser au livre « Pourquoi l’amour fait mal » d’Eva Illouz, une sociologue des émotions, qui analyse la souffrance amoureuse moderne en pointant du doigt la révolution sexuelle, le fait que les hommes ont plus de choix et ne veulent plus s’engager. Qu’est-ce que cela t’inspire ? Coaches-tu les femmes et les hommes différemment ?

Je ne vais pas être dans cette idée là car, pour moi, les hommes et les femmes ont les mêmes problématiques. On peut trouver une explication externe (l’évolution des mœurs, la révolution sexuelle, les hommes qui ne veulent plus se marier) mais la problématique reste interne.

Je ne vais pas coacher une personne en fonction de son sexe. Je vais coacher la personne en fonction de ce qu’elle a vécu dans son passé, de ce qu’elle est aujourd’hui et de ce qu’elle veut pour demain. J’ai entendu parler du bouquin, je sais qu’il a reçu plein d’avis positifs. Avant j’aurais dit les hommes et les femmes, ce n’est pas pareil, j’aurais travaillé sur l’explication externe mais, à présent, je vois les choses autrement.  En réalité, on peut toujours aider quelqu’un avec une explication interne.

Comment coaches-tu tes clients ?

Je les coache par téléphone ou par skype, et je leur donne des défis. Par exemple, je leur dis du lundi au dimanche, vous allez faire ceci ou cela. Après on débriefe par email, et on voit comment cela évolue.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Je vais axer mes prochaines vidéos sur le développement personnel parce que c’est un domaine intéressant, qui touche tout le monde. Parmi les personnes que j’ai accompagnées, certaines ont changé de travail ou de ville car elles ont trouvé leur chemin grâce au coaching.

Je vais continuer le coaching et les conférences puisque c’est quelque chose que j’aime. La nouveauté, c’est que je vais exercer mon activité où je vis également, c’est à dire aux États-Unis.

Merci beaucoup Alexandre pour cet entretien.

Merci à toi Gabrièle

Pour aller plus loin :

Le site officiel d’Alexandre

Sa page YouTube

Son dernier livre, Confessions d’un Love Coach

Rendez-vous sur Hellocoton !