Marie-Soleil Cordeau est coach en réussite amoureuse. Certifiée par l’International Coach Federation, cette Québécoise accompagne depuis plus de 10 ans des femmes qui veulent en finir avec les échecs amoureux et trouver l’amour durable. Elle a accepté de répondre à mes questions.

Pourrais-tu te présenter et nous dire ce qui t’a poussé à devenir coach en relations amoureuses ?

Après une carrière dans le web, je me suis formée en coaching dans une école accréditée par l’International Coach Federation. A l’époque, l’école nous conseillait de trouver une spécialité, d’avoir une expertise dans un domaine. Ayant connu, plus jeune, des échecs amoureux répétitifs; que j’ai réussis à surmonter, je me suis dit, qu’en m’appuyant sur mon expérience personnelle, je pouvais aider les femmes qui traversent la même situation.  C’est ainsi que je suis devenue coach en relations amoureuses. J’ai commencé par accompagner des femmes qui sortaient d’une rupture amoureuse. Et, au fil du temps, j’ai élargi mon offre de services.

Comment expliques-tu que des femmes aient besoin d’être coachées pour trouver l’amour ? L’amour ne devrait-il pas être quelque chose de simple ?

Tu as raison quand tu dis que l’amour devrait être quelque chose de simple. Malheureusement, les relations parents-enfants sont parfois compliquées. En tant qu’enfant, on n’a pas forcément reçu tout l’amour ou toute l’attention dont on avait besoin. On arrive donc à l’âge adulte avec nos différentes expériences et nos blessures d’enfance. Si l’on n’a pas été aimé comme on l’aurait voulu ou si l’on a eu l’impression de devoir faire des choses pour mériter l’amour de nos parents, on va répéter ce schéma dans nos relations amoureuses.  Et c’est ce qui va nous pousser, malgré nous, à faire de mauvais choix. Sans oublier que l’on a eu, sous les yeux, le modèle du couple parental qui nous a forcément influencés.

Quels outils utilises-tu pour accompagner tes clientes et les aider à trouver l’homme qui leur convient?

De manière générale, j’apprends à mes clientes à s’aimer et à s’accepter telles qu’elles sont car plus elles se connaîtront, plus elles seront en mesure de poser les bonnes actions et de prendre les bonnes décisions.

En ce qui concerne les outils, j’ai un programme en ligne qui s’appelle Trouver l’amour durable, que mes clientes peuvent suivre à leur rythme. C’est une série de vidéos à regarder suivis d’exercices pratiques.

Je propose aussi l’accompagnement individuel qui est du coaching dans le sens premier du terme.  Ici mon rôle va être de diminuer voire d’éliminer la souffrance amoureuse des personnes que j’accompagne. Pour ce faire, je les aide à être plus solide intérieurement pour être capable de faire la part des choses et ne pas se remettre en question systématiquement à chaque échec ou rejet amoureux.

Ce coaching individuel passe aussi par un travail sur les croyances et pensées négatives. Certaines de mes clientes ne se trouvent pas assez belles, assez intéressantes, assez intelligentes… pour être aimées. Et quand on ne se sent pas digne d’être aimé, on cherche à compenser en donnant beaucoup à l’autre pour qu’il reste avec nous. Ce qui nous conduit, malheureusement, dans des relations déséquilibrées voire toxiques.  J’aide mes clientes à se débarrasser de ces croyances qui les empêchent d’attirer quelqu’un de bien et de vivre une relation saine.

Que penses-tu des conseils amoureux que l’on trouve dans les magazines féminins ? Par exemple : attendre 3 jours pour recontacter un homme, ne pas être toujours disponible pour un rendez-vous, se faire désirer etc…

Le problème des stratégies, c’est la souffrance qu’elles engendrent chez les femmes qui essayent de les appliquer. Aussi, je pense que le plus important c’est d’avoir une assise intérieure solide afin que cela devienne naturel d’agir de telle ou telle façon. En prenant soin de soi, en ayant des projets et une vie sociale plus active, on devient naturellement plus indépendante. Dans ces conditions, ne pas répondre immédiatement à un sms ou devoir reporter un rendez-vous, n’est plus un supplice.

Tu me diras si j’ai tort, mais j’ai l’impression que, nous, les femmes, nous avons tendance à nous emballer lorsque nous rencontrons quelqu’un nous plaît beaucoup. Ma question est donc : comment gérer cet emballement émotionnel ?

Quand on a effectué un travail en amont, avec un coach par exemple, l’emballement se gère beaucoup mieux. A chaque nouvelle rencontre, je préconise de prendre son temps pour apprendre à connaître l’autre, pour voir si la relation nous permet de nous épanouir. Car lorsqu’on s’emballe, le risque, c’est de s’engager émotionnellement avec une personne qui ne nous convient pas et de souffrir.

Notre intuition nous parle constamment mais nous ne l’écoutons pas toujours. La plupart des personnes qui viennent me voir pour une rupture amoureuse, me disent souvent « Je n’ai rien vu venir ». Mais avec le recul et mon accompagnement, elles réalisent qu’il y avait des signes avant-coureurs, que ce soit au tout début de la relation ou durant celle-ci.

C’est pourquoi il faut s’accorder des moments de solitude pour faire le point sur la relation. Comment nous sentons-nous avec l’être aimé ? Sommes-nous heureuses en sa compagnie ?  Y-a-t-il des moments où nous nous sentons moins bien avec lui ? Si oui, lesquels ? Bien évidemment, il ne s’agit pas de trouver la personne parfaite mais celle qui nous conviendra le mieux en prenant en compte les critères qui sont essentiels pour nous (exemple : le respect, l’ouverture etc…).

Marie-Soleil, quel est le moment idéal pour avoir le premier rapport sexuel avec l’homme que l’on aime ? Certaines personnes disent qu’il ne faut pas coucher le premier soir. D’autres, que cela n’a pas beaucoup d’importance. Quel est ton point de vue sur la question en tant que coach pour femme ?

Je ne crois pas à la rigidité des règles. Je pense que c’est à chacun de choisir le moment opportun. En revanche, je recommande à la majorité de mes clientes qui, au départ, sont dans la dépendance affective, d’être prudentes par rapport aux relations sexuelles. Pour beaucoup de femmes, la relation sexuelle est un geste d’amour alors que pour l’homme ce n’est pas nécessairement cela. Le risque pour la femme, si elle est déjà amoureuse, est de développer davantage de sentiments ou de s’imaginer que l’homme est amoureux alors que ce n’est pas forcément le cas.

D’ailleurs, d’un point vue hormonal, lors d’un rapport sexuel, nous produisons de l’ocytocine, qui est l’hormone de l’attachement que la femme sécrète également en allaitant. Chez la femme cette hormone peut rester dans le corps jusqu’à trois semaines. Tandis que chez homme, elle ne reste pas plus de trois jours. L’attachement physique de la femme est donc plus durable.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les hommes ne veulent pas d’une conquête facile, il faut les faire travailler un peu (rires). J’aime l’idée de se positionner comme une femme de qualité. Une femme qui est consciente de sa valeur et qui, avant d’offrir son cœur à un homme, va s’assurer qu’il est le bon pour elle.

Quand on fait une rencontre, quels sont les signes qui nous montrent que nous sommes dans une relation de qualité ? Que nous allons dans la bonne direction ?

-Le premier signe c’est l’alchimie qui doit être présente. Il s’agit des fameux papillons.

-Ensuite c’est la communication. S’il y a une bonne communication de part et d’autre, une certaine ouverture, la relation sera beaucoup plus facile, beaucoup plus fluide.

-Il y a aussi les points de compatibilité. Bien entendu, c’est à chacun d’établir ses propres points de compatibilité. Par exemple, les valeurs, sont, à mon sens, un point de compatibilité essentiel. Être compatible c’est aussi avoir des intérêts et des loisirs communs qui procurent du plaisir à tous les deux, pour que le couple ne s’enlise pas dans le quotidien.

Que penses-tu des femmes qui ont « tout pour plaire » et qui ne trouvent pas l’amour malgré tout ?

Dans le cadre de mon coaching, j’accompagne beaucoup de femmes auxquelles tout réussit et qui ne parviennent pas à trouver l’amour. Car même si elles pensent qu’elles sont belles et talentueuses, elles n’en sont pas convaincues au fond d’elles-mêmes. Il y a chez les femmes, une dissonance entre ce qu’elles pensent d’elles-mêmes et ce qu’elles ressentent au fond de leur être. Quand elles rencontrent un homme, elles se comportent comme des petites filles prêtes à tout pour être aimées. Or, pour rencontrer le grand amour, on doit se sentir digne d’être aimé. On ne doit pas seulement le penser. On doit ressentir ce droit d’être aimé dans tout notre corps, dans toutes nos cellules.

Aurais-tu une offre découverte à proposer aux lecteurs de Mes Découvertes Bien-être ?

Oui, je leur propose d’effectuer un diagnostic amoureux gratuit en répondant à un questionnaire en ligne. Cela leur permettra de comprendre pourquoi leur relation amoureuse précédente n’a pas fonctionné et d’avoir des pistes de réflexion. Et celles qui veulent aller plus loin peuvent me contacter via mon site internet pour un accompagnement individuel ou s’inscrire directement à mon programme en ligne.

Merci beaucoup Marie-Soleil pour ces infos et cette interview.

Merci à toi aussi Gabrièle !

Pour aller plus loin :

Le site de Marie-Soleil Cordeau

Sa page YouTube

Sa page Facebook

 

Rendez-vous sur Hellocoton !